La “qualité” de la biodiversité?

This post is also available in: Anglais

Alan Feest et ses collègues ont été très productifs récemment, avançant à grands coups de publications leur concept de “biodiversity quality”. Qu’est-ce que c’est ?

En fait, étant donné qu’une liste d’espèces présentes ne donne pas assez d’information sur l’intérêt d’un site vis-à-vis de la biodiversité (entendue au sens large donc), ils proposent plutôt que les décideurs et gestionnaires se basent sur un jeu plus fourni d’indicateurs de biodiversité: indicateurs standards (comme l’indice de Shannon-Wiener) mais aussi densités, biomasse ou encore des indices d’intérêt du point de vue de la conservation (en prenant en compte le statut de conservation des espèces). Mr. Feest le dit lui même, c’est pas vraiment nouveau !

Considérer cette approche comme un nouveau paradigme et lui donner le petit nom de “biodiversity quality” est peut être un peu présomptueux. Néanmoins, le fait d’utiliser conjointement plusieurs indicateurs est une piste prometteuse pour faire face à la compartimentation croissante de la biodiversité et des écosystème (notamment sous la pression du développement de mécanismes incitatifs qui requière l’identification, la quantification et la cartographie d’éléments “gérables” : cette espèce, ce service écologique…). Les méthodes multi-critères comme celles que défend Mr. Feest sont sans doute une alternative intéressante aux paniers de services que suggèrent N. Kosoy and E. Corbera dans leur article de 2010.

Tags: , ,

Leave a Reply