Les défis du génie écologique vus par le MEDEF

Lors de l’atelier organisé par Éa eco-entreprises, un des pôles régionaux d’innovation et de développement économique solidaire (PRIDES) de la région PACA, le MEDEF s’est exprimé quant aux enjeux du développement d’une filière de “génie écologique” en France.

Il s’agirait de faire face aux défis suivants:

  • Préciser les modalités techniques de réduction des impacts des projets
  • Évaluer et prendre en compte les impacts cumulés
  • Analyser stratégiquement les enjeux de biodiversité pour les entreprises, notamment du point de vue de l’évolution du “paysage réglementaire”.
  • Intégrer la biodiversité aux systèmes de management environnemental (par ex. ISO 14000 et ISO 26000)
  • Élaborer des indicateurs standardisés
  • Mieux connaître les enjeux de biodiversité en ville, dans les contextes urbains
  • Développer des référentiels techniques pour la création et le ré-aménagement d’habitats (par ex. pour le terrassement).
  • Aller au delà des approches définies par le WCSD pour l’évaluation des services fournis par les écosystèmes
  • S’approprier les concepts de fonctionnalité et de résilience
  • Développer une expertise sur le milieu marin, qui est encore trop lacunaire aujourd’hui
  • Il y a effectivement de quoi s’occuper. D’autres intervenants ont souligné la difficulté d’intégrer la biodiversité dans les projets, qu’il s’agisse des projets impactant ou des projets de restauration / compensation correspondant.

    Les compétences qui manquent sont celle de l’interface entre les connaissances écologiques et (1) les chantiers d’une part et (2) les donneurs d’ordre d’autre part. Le profil de “coordinateur biodiversité”, capable de travailler à ces interfaces, a été mentionné plusieurs fois comme indissociable d’une assistance à maîtrise d’ouvrage sur la question de la biodiversité.

    Le contenu et les conclusions de l’atelier devraient être mises en ligne dans les semaines qui viennent.

    Leave a Reply